T en vedette : Fanny Lefort

10 juillet 2012

Trois questions à l’animatrice, conceptrice et réalisatrice Fanny Lefort

Depuis qu’elle est toute petite que Fanny Lefort rêve d’être sous les projecteurs. Travaillant d'abord chez Musique Plus, un jour, elle décide de faire le grand saut et de fonder sa propre boîte de production vidéo, Mimosa Média, avec son acolyte (et copain !) Olivier Normandin. Depuis, le duo réalise et produit des vidéos pétillantes principalement destinées au web. Nous avons questionné Fanny sur trois de ses créations.

1. Lonely Dancer de Midnight Romeo est le 4ième vidéoclip que tu conceptualise et coréalise. En quoi le processus de création d’un vidéoclip est-il différent pour toi?

Faire des vidéoclips est un immense terrain de jeu et une occasion de pousser ma créativité au maximum. J’écoute la pièce des dizaines de fois, je laisse la musique m’envahir, je ne mets aucune barrière à mon imaginaire puis je dessine les images dans ma tête. Ensuite, il faut une petite once de réalisme pour que mes idées de grandeur soient réalisables au niveau budgétaire. Avec beaucoup de passion et énormément de débrouillardise, on y arrive toujours. Quand le tournage a lieu, c’est un peu comme ma récompense : toute l’équipe travaille fort pour donner vie à l’histoire qui est née dans ma tête. Ça me donne des frissons juste à y penser, c’est un sentiment magique !

2. L’effet Mimosa // Le Bar : Et toi, quand tu te sens surchargée, comment fais-tu pour retrouver un état d'esprit plus zen ?

Je considère que la gestion du stress est l’une de mes forces. J’adore être complètement débordée, ne plus savoir ou donner de la tête et gérer les imprévus. Puisque Mimosa est une petite boîte, je touche à toutes les facettes de la production vidéo et je dois souvent gérer des éléments nouveaux. C’est beaucoup de stress mais c’est mon carburant. J’aime repousser mes limites et apprendre de nouvelles choses. Il m’arrive tout de même de devoir retrouver mon équilibre. Pour reprendre mon souffle, je prends de longues marches avec ma musique dans les oreilles ou j’enfile mes skis pour dévaler les pentes et les idées se remettent en place.

3. Pour la web-émission Carte Postale, tu as suivi la tournée de Misteur Valaire en France. Tes talents d'animatrice sont indéniables ! Préfères-tu être devant ou derrière la caméra ?

J’aime  raconter des histoires et mettre un peu de couleur dans la vie des gens donc que je sois devant ou derrière la caméra, je suis comblée. Je serais incapable d’être animatrice sans élaborer moi-même mes concepts et mes questions. Comme c’est le cas avec Carte Postale, j’aime quand l’animation est reliée à mes propres projets et qu’elle a une dimension créative. Même quand j’anime, je coréalise avec Olivier alors je ne suis jamais qu’uniquement animatrice. Animer est un rêve de jeune fille et je suis très fière de l’avoir réalisé mais aujourd’hui, je ne pourrais pas m’en contenter. Vive la diversité !