T en vedette : Élyse Levasseur

11 juin 2012

Trois questions sur trois créations de la graphiste Élyse Levasseur

Toujours étudiante en design graphique à l'UQÀM, Élyse Levasseur est une jeune graphiste qui ne chôme pas ! Ses projets innovateurs ont tout de suite capté notre attention. Nous lui avons posé trois questions sur trois superbes créations.  

1. À propos de Lewis Vodka, en quoi est-ce différent d'utiliser des matières recyclés / recyclables pour un projet ?

Il faut sans cesse trouver de nouvelles façons de présenter les produits, dans le respect de l'environnement, que ce soit pour l'emballage ou pour l'imprimé. Nous vivons dans une société de consommation où le "prêt à jeter" est excessivement présent. Pour ce projet, c'était primordial pour moi de faire un emballage éco-responsable, puisque je m'étais donné la contrainte d'emballer une vodka biologique et équitable.

2. Ta création Altitude. Comment t'y es-tu pris pour créer une nouvelle police ? Quels ont été tes inspirations ?

Quand on décide de « designer » une nouvelle typo, on passe beaucoup de temps sur internet et dans les livres pour voir et surtout analyser la structure de la lettre. C'est ce que j'ai fait. J'aime beaucoup les typographies light et sans shérif et je voulais faire quelque chose d'assez épuré, qui pourrait être utilisé surtout pour des titres. Le processus fut long et beaucoup de tests et de croquis ont mené à Altitude.

3. Lorsque tu élabores des projets de packaging et d'identité comme Néo Jean, travailles-tu en étroite collaboration avec d'autres artistes (photographe, etc.) ?

Comme Néo Jeans était un projet dans le cadre d'un cours de packaging au cégep, je n'ai pas travaillé avec d'autres artistes. J'ai fait le tout moi-même. Cependant, le concept de collaboration me plaît beaucoup et j'ai hâte d'avoir un projet où je pourrais m'entourer de gens talentueux et de divers champs de profession.